Suivi PEA janvier 2016 – retour de la volatilité

Classé dans : PEA | 0

les montagnes russes de la bourseCe premier mois de l’année 2016 a été caractérisé par un retour de la volatilité sur les places boursières, et Paris n’a pas été en reste.

L’indice CAC 40 a affiché le 20 janvier une chute en fin de séance supérieure à 11 % par rapport à fin 2015, avant de se reprendre et terminer en repli de « seulement » 4,75 % sur ce premier mois de l’année.

A l’image de l’indice phare de la place parisienne, le PEA clôt janvier 2016 sur une valeur liquidative de 105 815, en repli d’environ 5 900 €. Les investisseurs longs doivent avoir le coeur bien accroché en ce moment, âmes sensibles s’abstenir.

La valeur de la part au 31/01/2016 est de 146,77 (100 € à l’origine le 16/11/2001), en repli de 5,33 % par rapport à fin 2015. C’est à peu près 0,6 % « moins bien » que l’indice CAC 40 GR dividendes réinvestis qui recule de 4,72 % en janvier.

Malgré les turbulences, je ne perds pas le cap. La rente sur dividendes prévisionnelle sur l’année 2016 tutoie désormais les 6 400 €L’objectif terminal de 10 000 € de rente annuelle brute se rapproche à petits pas.

En ce mois de janvier, une plus-value de 987   a été réalisée suite à la conclusion de l’Offre Publique de Rachat d’Actions de la société ALSTOM (voir ici pour les détails).

Hormis ce mouvement, nous avons fait le dos rond en janvier. Aucun apport de liquidité ni réinvestissement n’est à signaler, et un seul dividende a été perçu : l’acompte trimestriel de la pétrolière intégrée TOTAL.

 

Situation du portefeuille PEA au 31/01/2016

La situation est arrêtée sur la base des valeurs de clôture de la séance du vendredi 30/01/2016 :

 

portefeuille PEA janvier 2016
suivi réalisé avec l’application odsPEA

 

 

Les chiffres clés de janvier 2016

 

  • Valeur liquidative105 815,11  (dont 3 864,16 de liquidités). Elle recule de 5 961,56 en janvier.

  • Apports cumulés depuis l’origine : 79 554,26 , aucun apport supplémentaire en 2016 pour le moment.

  • Valeur de la part PEA146,77, soit un recul de -5,33 % sur le mois de janvier (100   à l’origine le 16/11/2001).

  • Performance brute sur flux de capitaux depuis l’origine : + 26 260,85 € (soit + 33,01%).

  • Cumul des dividendes et avoirs fiscaux perçus depuis l’origine25 757,18 € (dont 37,21 € perçus en 2016).

  • Rendement brut sur dividendes 1 an glissant : 6,1 %

  • Le ratio de dividendes global est à 0,93, indiquant un portefeuille en plus-value latente à forte tendance de rendement sur dividendes.

  • Taux de rentabilité interne annualisé (T.R.I.) : + 4,41 %

Le T.R.I. est installé depuis 3 mois sous l’objectif symbolique de long terme qui est de 6 %.

 

Dividendes en janvier 2016

Un seul dividende à signaler ce mois-ci :

  • Total S.A. : 37,21 € (acompte trimestriel de 0,61 /action), dividende payé en cash le 15/01/2016.

 

Opérations courantes en janvier 2016

  • Aucun apport en liquide à signaler ce mois-ci.

  • Offre Publique de Rachat d’Actions de la société ALSTOM (ALO.PA) :

    Comme discuté en détail dans ce dernier article « La fin du feuilleton de l’OPRA ALSTOM« , j’ai participé à l’Offre Publique de Rachat d’Actions (OPRA) de la société ALSTOM suite à la conclusion du rachat par General Electric de son pôle énergie.

    Sur les 200 actions qui étaient en portefeuille, 63 ont été rachetées le 29/01/2016 au prix unitaire de 35 . C’est donc un total de 2 205 qui sont venus gonfler la poche de liquidités du PEA, dont environ 987 de plus-value réalisée par rapport à mon prix unitaire de 19,33 .

  • Début janvier, j’ai reçu un courrier de la banque me signifiant que mes 1 645 actions Engie détenues au nominatif administré étaient désormais assimilées au code valeur ISIN FR0013055100 – ENGIE PRIME FIDELITE 18 :

    passage au nominatif administré des actions Engie

    Comme déjà évoqué dans ce post : « L’inscription au nominatif administré de mes actions GDF Suez« , le passage au nominatif administré permet, après 18 mois de détention, de percevoir une prime de 10 % supplémentaires sur le dividende versé par Engie. Pourquoi s’en priver ?

 

Calendrier prévisionnel des dividendes sur un an glissant

Le prévisionnel des dividendes sur 1 an glissant augmente ce mois-ci, et pourtant il n’y a eu aucun investissement, et un désinvestissement partiel (ALSTOM). 

Ce n’est pas une erreur de calcul mais la simple conséquence du passage effectif au nominatif de mes actions Engie mentionné plus haut. Sous l’effet de la prime de fidélité de 10 %, le dividende passe de 1 € par action à 1,1 €.

Au total, c’est un peu plus de 166 € supplémentaires qui viennent gonfler la rente annuelle à 6 398 €, soit une rente moyenne légèrement en excès de 530 € par mois.

 

Voici le détail du calendrier prévisionnel actualisé :

 

PEA calendrier prévisionnel des dividendes ajnvier 2016
suivi réalisé avec l’application odsPEA

 

Je n’oublie cependant pas que ce prévisionnel est mis sous pression car il est directement exposé au prix du pétrole (et du gaz) via Royal Dutch Shell et Total, et à la récession au Brésil via l’action Rallye.

 

Valeur de la part

La valeur de la part au 31/01/2016 (146,77 ) recule en janvier de -5,33 %. Ce n’est pas une surprise après ce début d’année très agité. Dans le même temps l’indice de référence CAC 40 GR affiche un repli à peine moindre de -4,72 %.

La valeur de la part de l’indice CAC 40 GR (156,09 ) est toujours en avance d’environ 9 % sur celle du PEA. Le décrochage constaté au 3ème trimestre 2015 persiste pour le moment  :

 

Valeur de la part PEA et du CAC 40 GR janvier 2016
suivi réalisé avec l’application odsPEA

 

 

Retour de la volatilité ?

 

Sur la base de son cours de clôture, l’indice CAC 40 a donc reculé de 4,75 % en janvier 2016. Il est passé en séance le 20/01 sous la barre des 4 100 points mais a réussi à préserver les 4 200 points en clôture tout au long du mois.

Il faut remonter jusqu’en 2010 pour trouver un mois de janvier plus mauvais (-5,0 %). Ce n’est donc pas anecdotique. Mais cette volatilité apparente est-elle aussi anormalement élevée que cela ?

 

Dans ce genre de situation, je regarde l’évolution de l’indice et et de sa volatilité journalière relative. Pour aider à la comparaison j’ai reproduit ces données sur les 2 derniers mois, décembre 2015 et janvier 2016 :

 

CAC 40 et volatilité en janvier 2016

La volatilité journalière a atteint un maximum de 0,83 % en janvier. C’est loin du niveau d’un krach qui est caractérisé par une volatilité d’au moins 2 %.

A titre de comparaison, le dernier mini-krach de la fin d’été 2015 a vu une volatilité de 1,75 %, accompagnée d’une chute de l’indice de plus de 1 000 points en 2 semaines.

Je remarque toutefois que la volatilité moyenne en janvier 2016 était de 0,56 %, ce qui est notoirement supérieur à la moyenne long terme de 0,4 %.

 

Au milieu de cette volatilité globale accrue, mais finalement contenue, ma décision du mois de janvier a été de ne rien faire sur mon PEA.

J’ai sûrement raté quelques occasions. J’aurais notamment pu abaisser mes PRU sur les 2 pétrolières intégrées en portefeuille. Je pense cependant que de nouvelles occasions vont se présenter.

En rédigeant cet article, je viens d’ailleurs d’apprendre que Standard & Poor’s a placé la notation de la dette de plusieurs majors pétrolières européennes « sous surveillance avec implication négative« , dont celles de Total et Royal Dutch Shell qui sont en portefeuille.

Quand les prédateurs sentent l’odeur de la charogne, l’affaire est à surveiller.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Billets Similaires

Laisser un commentaire