Suivi compte titres ordinaire – septembre 2015

Classé dans : CTO | 0

l'oncle Sam a besoin de vous

Un peu plus de trois mois après l’ouverture de mon Compte Titres Ordinaire, il est temps de faire un premier bilan sur ce nouveau vecteur d’investissement.

Rappelons l’objectif : il s’agit de générer à terme 10 000 $ (USD) de revenus alternatifs annuels supplémentaires basés sur les dividendes d’actions cotées en Amérique du Nord (USA et Canada).

A l’image de mon PEA, je reste fidèle à la même stratégie « buy and hold » : nous constituer un revenu pérenne et régulier basé sur les dividendes, et non pas sur les plus-values aléatoires du portefeuille.

Au cours de ce premier trimestre d’existence, le compte-titres a été alimenté par 4 apports de liquidités pour un montant total de 20 000 €.

Le compte titres exhibe pour le moment 5 lignes d’actions : Southern Company (NYSE:SO), Century Link (NYSE:CTL), AT&T(NYSE:T), Prospect Capital (NASDAQ:PSEC) et Main Street Capital (NASDAQ:MAIN).

Le rendement brut sur dividendes 1 an glissant est de 7,3 %, ce qui sécurise déjà une rente brute annuelle légèrement supérieure à 1 200 €.

Le montant des dividendes collectés en 3 mois, nets de prélèvements sociaux et de la retenue à la source du fisc américain, est de 108,42 €.

La valeur de la part recule de 100 € à l’origine à 96,15 €, un repli de 3,85 % plutôt limité après l’été boursier plus qu’orageux. Dans le même temps l’indice de référence S&P 500 recule de 8,95 %.

La valeur liquidative au 25/09/2015 après bourse est de  19 462,52 €. Elle est sans surprise en repli par rapport aux capitaux entrants.


Situation de mon compte titres au 28/09/2015

La situation est arrêtée sur la base des valeurs de clôture de la séance du vendredi 25/09/2015, avec une parité monétaire de 0,8931 pour un dollar US :

 

compte titres portefeuille septembre 2015
Suivi réalisé avec mon application odsCTO

 

 

L’allocation opérationnelle laisse déjà apparaître les 3 types d’actions ciblées dans ce portefeuille :

 

compte titres répartition opérationnell septembre 2015
Suivi réalisé avec mon application odsCTO

 

Les lignes AT&T et Southern Company sont clairement à vocation défensive.

La première est une Dividend Aristocrat et une Dividend Champion (31 années consécutives de dividendes croissants) et offre un rendement qui tangente actuellement les 6 %. Difficile d’ignorer ce mammouth dans un portefeuille US basé sur le rendement.

La seconde est une « Utility » qui émarge dans la famille des Dividend Contenders de David Fish : 15 années consécutives de dividendes croissants et un rendement actuel d’environ 5 %.

Les 2 BDC Prospect Capital et Main Street Capital sont des choix plus agressifs (surtout le premier) dans le but de doper le rendement. Je fournirai plus de détails sur ces 2 BDC dans la suite de ma série d’articles sur le sujet ; voir ici le dernier en date de la série.

L’opérateur de télécom Century Link  est un choix intermédiaire entre les BDC et les paquebots que sont AT&T et Southern. C’est un câblo-opérateur focalisé sur la téléphonie/internet/TV filaires et sur les « data centers » (voir ici pour plus de détails).

Cette action est actuellement la proie des hedge funds en raison d’une panne de croissance, et de son choix d’ignorer la téléphonie mobile. Il est évident qu’on ne peut pas tout avoir. Un rendement qui frôle les 10 % comporte nécessairement une composante de risque.

 

Le calendrier des dividendes associé à ce portefeuille  :

 

compte titres calendrier des dividendes septembre 2015
Suivi réalisé avec mon application odsCTO

 

Après seulement 3 mois d’investissements, nous obtenons déjà une rente supplémentaire d’environ 100 € par mois.

La répartition calendaire de la rente est nettement meilleure que celle sur mon PEA, consultable ici.

L’avantage des titres US est la prédominance du dividende trimestriel. De plus, les 2 lignes de BDC ont un dividende mensuel, ce qui contribue au lissage du revenu.

 

La diversification sectorielle est bien sûr encore limitée, ce qui se reflète dans la dépendance sectorielle des dividendes :

 

compte titres répartition sectorielle des dividendes septembre 2015
Suivi réalisé avec mon appllication odsCTO

 

 

La rente sur dividendes est aussi sécurisée en veillant à investir majoritairement dans des titres dont la capitalisations boursière est supérieure à 10 milliards d’euros :

 

compte titres répartition par capiatalisation boursière septembre 2015
Suivi réalisé avec mon appllication odsCTO

 

A noter que la répartition par capitalisation boursière est assez différente de celle des dividendes. Les 2 BDC ne pèsent en effet qu’un quart de la valeur liquidative, mais elles représentent plus de 40 % des dividendes en raison de leur rendement hors norme. Cette situation hors équilibre sera corrigée au fur et à mesure des futurs investissements.

 

L’impact du dollar fort

J’ai privilégié 3 secteurs pour le moment : (i) les services aux collectivités (Southern Company) (ii) les télécoms (AT&T et CenturyLink) (iii) les services financiers via les 2 BDC Main Street Capital et Prospect Capital.

Point commun à mes choix initiaux : ces 5 actions sont peu exposées au risque de change. De mon point de vue, la grosse faiblesse actuelle des multi-nationales américaines est le dollar fort. Les acheter avec un euro faible, c’est s’exposer à un effet de ciseaux sur le risque de change lorsque le dollar recommencera à baisser par rapport à l’euro.

 

Dans cette catégorie impactée par le dollar fort, je classe des entreprises comme Johnson&Johnson, Procter&Gamble, IBMCoca ColaEmerson Electric, etc. L’impact du changement de parité euro/dollar sur les résultats de ces entreprises est énorme sur l’année écoulée.

A titre d’exemple, sur le dernier exercice fiscal, le bénéfice par action de Procter&Gamble a diminué de 2 %. Mais, hors effet de change, il a en fait augmenté de 11 %, tandis que le volume des ventes progressait de seulement 1 %.

J’attends que ces géants digèrent l’effet de change avant de me positionner.

 

A contrario, je privilégie donc les entreprises US qui réalisent la majorité de leurs chiffre d’affaires en USD car le dollar fort n’impacte pas leurs profits.

Dans ma sélection, l’action la plus exposée au risque de change est AT&T qui a comme stratégie d’aller chercher de la croissance en Amérique Latine, et plus récemment au Mexique via son acquisition de Direct TV.  A noter que cette entreprise couvre activement ses risques de change (voir le dernier rapport annuel), et elle n’est pas exposée en Europe.

Century Link est exposée en Europe via quelques data centers, mais c’est négligeable dans ses bilans.


Valeur de la part

Bien que ce soit anecdotique dans une stratégie de rendement, je monitore quand même la valeur de la part du portefeuille. L’indice de comparaison naturel est bien sûr le S&P 500 :

compte titres valeur de la part septembre 2015

Sur les 3 premiers mois, la valeur de la part du portefeuille recule de 3,85 % tandis que l’indice de référence S&P 500 recule de 8,95 %. Tiens, je bats l’indice, ça ne m’arrive pas souvent.

 

Résumé

Pour conclure, voici le résumé en chiffres du portefeuille après 3 mois d’existence au 25/09/2015 après bourse :

Valeur liquidative : 19 459,62   (dont 2 759,25  de liquidités)

Apports cumulés depuis l’origine : 20 000

Performance brute sur flux de capitaux depuis l’origine : -540,38 € (soit -2,70%)

Valeur de la part (100 € à l’origine le 21/06/2015) : 96,15 

Cumul des dividendes et avoirs fiscaux perçus depuis l’origine : 131,10 €

– Rendement brut sur dividendes 1 an glissant : 7,3 %

 

Le ratio de dividendes du portefeuille est à -1,39, indiquant un portefeuille en moins-value latente à forte tendance de rendement sur dividendes.

 

 

 

 

 

 

Billets Similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.