Patrimoine nos-finances-personnelles – année 2018

Classé dans : Finances Personnelles | 7

patrimoine nos-finances-personnelles - patrimoine net - 2002-2018

L’heure est venue de faire le bilan patrimonial de l’année 2018 déjà loin derrière nous.

En résumé, notre patrimoine net de toute dette au 31/12/2018 atteint la somme respectable de 979 k€. C’est 36 k€ de mieux sur l’année écoulée puisque notre patrimoine net s’élevait à 943 k€ au 31/12/2017 (relire le précédent bilan annuel pour les détails).

Cette année fut particulièrement intéressante pour tester la résilience de notre patrimoine. La baisse des indices boursiers, en particulier au mois de décembre, a en effet exercé un stress indéniable sur nos actifs financiers.

Nos portefeuilles boursiers passifs (en particulier mon PEA) n’ont bien sûr pas échappé à la baisse. Mais vous allez pouvoir constater que l’impact de cette baisse sur notre patrimoine a été finalement limité. On ne soulignera jamais assez l’importance de la diversification patrimoniale.

Mon seul petit regret de 2018 est quand même cette chute de la bourse en décembre qui nous a fait rater de peu la barrière symbolique du million d’euros. Dommage, peut-être la prochaine fois…

Mais ceci n’empêche pas la marche vers l’avant de notre patrimoine depuis 2002 comme en atteste le graphique en tête de gondole de l’article : cela fait maintenant 17 ans de progression de rang, sans aucune baisse. En fait, la série est plus longue. Mais je n’ai pas d’archive précise avant 2002.

C’est le fil rouge de ce blog. Nous faisons la démonstration, en toute transparence, qu’il est possible de bâtir patiemment un patrimoine appréciable sans toucher un salaire de footballeur. C’est à la portée de presque tout le monde. Il suffit d’être discipliné et persévérant dans ses investissements, et surtout dans ses dépenses.

Pour le lecteur pressé, examinons dans les grandes lignes comment notre patrimoine a pu progresser de 36 k€ en 2018 :

  • En parlant de discipline, si notre patrimoine a progressé en 2018, c’est en premier lieu grâce à un taux d’épargne hors norme représentant 75 % de notre revenu disponible (revenu net d’impôts), lequel a par ailleurs battu un nouveau record à 100 k€.
    Un taux d’épargne de 75 % peut sembler exagéré, voire ridicule pour certains. Je devine que ceci peut sembler très frustrant à celles et ceux qui galèrent pour boucler leurs fins de mois.
    Mais c’est naturel et sans effort pour nous. Malgré des revenus beaucoup plus modestes dans le passé, notre taux d’épargne n’est jamais passé sous la barre des 50 %. Nous avons conservé au fil des ans cette habitude de frugalité.

  • L’autre facteur favorable est la bonne tenue de l’immobilier. En tant que propriétaire (sans dette) de notre résidence principale, ceci nous a permis d’enregistrer une provision de quelques 6 k€ dans la rubrique Provisions & Dépréciations.

  • Comme mentionné plus haut, le gros frein sur notre patrimoine en 2018 est la chute de la bourse.
    Pourtant, de manière assez surprenante, le total de la valeur liquidative de nos 4 comptes investis en bourse (PEA, Compte-titres ordinaire, Compte de trading ProRealtime et enfin Compte sur Marge Interactive Brokers) progresse quand même d’un peu plus de 8 k€ sur un an.
    Cette progression est cependant en trompe l’oeil. Elle résulte en effet d’un apport en liquide de 10 k€ sur le compte-titres ordinaires, et de la capitalisation des presque 15 k€ de dividendes nets versés. Un trading plutôt efficace sur mon compte sur marge (relire cet article récent à ce propos) a également contribué à amortir la chute libre des indices en fin d’année.

Outre la progression du patrimoine, nous poursuivons en parallèle l’objectif d’indépendance financière. Le but du jeu est de couvrir ses dépenses à l’aide des seuls revenus alternatifs (les revenus autres que ceux du travail).

Et bien, je peux annoncer fièrement que cet objectif a été atteint pour la première fois en 2018. Nous sommes en effet parvenus à produire 46 k€ de revenus alternatifs en 2018. Ce montant a couvert nos dépenses totales de 39 k€ (y inclus 13 k€ d’impôts directs).

En allant un peu plus loin, je reconnais toutefois qu’environ la moitié de ces revenus alternatifs sont des plus-values qui, par nature, ne sont pas forcément reproductibles. Le défi pour les années qui viennent est de pérenniser ces revenus alternatifs.

Pour ceux qui ont le temps, voyons tout ça dans le détail…

 

Lire la suite­­

Patrimoine nos-finances-personnelles – août 2018

Classé dans : Finances Personnelles | 2

patrimoine nos-finances-personnelles-2012-aout 2018

Il est plus que temps de faire un bilan patrimonial en conclusion de cet été torride qui a joué les prolongations. J’établis en effet traditionnellement chaque année un bilan intermédiaire arrêté à fin août que je vous propose dans cet article. Oui, oui, fin août. La rentrée a été agitée, et l’été indien incité à lézarder…

Ceci dit, je pense que nous avons une originalité sur nos-finances-personnelles.com. Nous maintenons à jour une archive numérique de nos flux financiers depuis une vingtaine d’années. Nous sommes par conséquent capables de publier à l’euro près l’évolution de notre patrimoine depuis le passage à la monnaie unique le 1er janvier 2002. C’est à mon humble avis un exercice de transparence unique.

Vous pouvez constater sur le graphique en tête d’article que notre patrimoine a une fois de plus progressé sur les 8 premiers mois de l’année 2018. En date du 31 août 2018, notre patrimoine net de toute dette atteignait la somme de 976 k€. C’est une nouvelle progression de 33 k€ par rapport au dernier bilan datant de la fin 2017.

Notre méthode d’enrichissement repose toujours sur une discipline de bon père de famille basée sur le contrôle des dépenses et un choix judicieux d’investissements. Cette méthode de « grappillage », qui je l’admets n’est pas du tout bling bling, correspond parfaitement à nos modes de vie et de pensée.

Vous ne trouverez pas ici de recette magique pour devenir riche en 2 ans. Le trading sur forex ou l’entreprenariat ne sont pas compatibles avec notre ADN. Un enrichissement rapide implique forcément une prise de risque élevée et/ou un travail stressant qui peut nuire à la santé. Ce n’est pas ma tasse de thé. Mon actif le plus précieux est intangible : c’est ma VO2max, et elle n’a pas de prix.

La progression de nos avoirs est donc comme d’habitude la résultante d’un patrimoine équilibré. Tout d’abord, nous possédons notre Résidence Principale (pas la banque, car l’emprunt est remboursé depuis longtemps). Ceci peut sembler ringard mais c’est sûrement notre meilleur investissement de long terme. Ce modeste pavillon individuel dans la proche couronne Lilloise est désormais évalué à 376 k€, soit une nouvelle progression de 7 k€ sur un an.

Sur le plan des actifs financiers, je note également une belle progression de 32 k€ qui porte leur valeur totale à environ 549 k€. La progression régulière de nos actifs financiers devient de plus en plus un défi car la part des supports risqués (essentiellement des actions détenues sur 2 comptes-titres et un PEA) y est désormais dominante.

Ainsi mon PEA qui émarge à 139 k€ marque nettement le pas (-4 k€ sur les 8 premiers mois de l’année). Ceci est heureusement compensé par la bonne tenue de mes compte-titres qui totalisent une contre-valeur de 192 k€ soutenue notamment par la remontée du dollar face à l’euro. On ne soulignera jamais assez l’intérêt de la diversification.

Enfin, nous n’oublions pas l’objectif principal de ce patrimoine qui est de nous délivrer une rente complétant nos revenus d’activité. Avec 26k€ de revenus alternatifs perçus à fin août, 2018 s’annonce comme un bon cru. Les revenus alternatifs anticipés sur l’année pleine sont de 33 k€, soit l’équivalent d’un peu plus de 2 700 € bruts par mois. Environ la moitié de cette somme est le produit des seuls dividendes de portefeuilles de rendement et peut donc être qualifiée de vraie rente passive.

Mais examinons tout ceci en détail.

 

Lire la suite­­

Guide de déclaration des revenus d’un compte ouvert hors de France

Classé dans : Finances Personnelles | 7

declarations de revenus Interactive BrokersLe moi de mai marque le retour des beaux jours, mais c’est aussi la pleine saison pour remplir sa déclaration de revenus.

Etre titulaire d’un compte dans un établissement situé hors de France peut engendrer quelques tracasseries lors de cet exercice fastidieux. En effet, un teneur de compte à l’étranger ne fournit pas d’Imprimé Fiscal Unique (IFU) à ses clients imposables en France.

Je suis personnellement client chez le courtier Interactive Brokers. En tant que tel, je possède 2 comptes-titres immatriculés auprès de la filiale de ce broker à Londres. Le prix à payer pour accéder à ce broker qui ouvre les portes de tous les marchés régulés majeurs à des tarifs imbattables est donc de dire adieu au fameux IFU que les intermédiaires financiers installés en France sont eux tenus d’adresser à leurs clients contribuables en France. Ceci peut rebuter pas mal d’investisseurs si j’en juge par les commentaires et messages que je reçois sur le blog.

Je vous propose dans cet article de reconstituer pas à pas, sous forme de tutoriel, la démarche que j’ai suivie pour remplir la partie de ma déclaration des revenus 2017 en relation avec les revenus que j’ai tirés des 2 comptes-titres que je possède chez Interactive Brokers.

Je précise d’emblée que ce tutoriel concerne mon cas particulier. Il sera illustré avec mes propres chiffres de plus-values et de revenus, en toute transparence comme d’habitude sur le blog. Cependant, je ne suis pas avocat fiscaliste. La façon dont j’ai rempli ma déclaration n’engage pas ma responsabilité si vous vous en inspirez…

L’absence d’IFU chez Interactive Brokers n’oblige pas à calculer ses plus-values et ses revenus soi-même. Tout broker sérieux, et Interactive Brokers est sérieux, développe des algorithmes qui fournissent des relevés de compte où on peut trouver les informations nécessaires pour remplir sa déclaration de revenus. L’article sera donc divisé en 2 parties : dans la première partie, nous allons voir comment générer les relevés de compte, et la seconde partie traitera la déclaration de revenus à proprement parler.

Alors certes, la démarche est ici plus complexe que la simple comparaison des montants inscrits dans les cases d’un IFU et de ceux qui apparaissent dans nos déclarations désormais pré-remplies.

Mais au fait, êtes-vous sur que les IFU qui vous sont fournis sont exempts de toute erreur ? L’absence d’IFU a le mérite de forcer à réfléchir, et parfois à s’arracher quelques cheveux. Mais la tâche, quoi que non triviale, n’est pas insurmontable.

  Lire la suite­­

Patrimoine nos-finances-personnelles – année 2017

Classé dans : Finances Personnelles | 4

patrimoine nos-finances-personnelles - patrimoine net - fin 2017

Il est temps de faire le bilan patrimonial de l’année 2017 chez nos-finances-personnelles. Une fois de plus, le bilan est très positif puisqu’au 31/12/2017, notre patrimoine net de toute dette atteignait la somme de 943 k€. Ceci représente une progression de 55 k€ sur l’année civile écoulée.

La progression annuelle de 2017 revient dans les clous après un bond de 120 k€ en 2016. Pour mémoire, la progression hors-norme constatée l’année précédente était due en partie à la liquidation d’une succession. Vous pouvez (re)consulter ici le précédent reporting annuel de l’année 2016.

Si la marche vers l’avant revient dans la normale, elle dissimule pourtant un profond remaniement de notre patrimoine en 2017. Tout d’abord, nous avons quitté le navire en perdition des fonds euros. Les capitaux ainsi libérés, soit environ 100 k€, ont été réinvestis en juin 2017 dans un compte sur marge chez Interactive Brokers (relire cet article à ce propos).

Passer de l’ennui profond des fonds euros qui ne rapportent quasiment plus rien à un compte géré en direct d’actions préférentielles est un sacré changement. D’autant plus que j’ai sur ce compte une activité parallèle de vente d’options sur actions US.

Autre grand changement en 2017, j’ai initié une activité de trading d’options sur actions françaises via l’ouverture d’un compte chez ProRealtime Trading. Ce compte, également hébergé chez Interactive Brokers, a été capitalisé à hauteur de 42 k€.

Malgré ces chamboulements, la progression de notre patrimoine en 2017 est essentiellement la résultante de 2 éléments récurrents :

  • Tout d’abord, les marchés boursiers se sont bien tenus en 2017. Ceci a été bénéfique pour un de nos deux portefeuilles boursiers de long terme. Mon PEA (dernier reporting visible ici) a en effet progressé de plus de 13 k€ pour finir l’année 2017 à 143 k€. Ceci sans aucun apport supplémentaire.

    Le bilan de mon compte titres investi en actions de rendement US est moins flatteur. Sa valeur liquidative progresse certes de 9 k€. Il termine à 68 k€ fin 2017, mais ceci moyennant un total de versements de 12 k€ au cours de l’année. C’est un coup d’arrêt sérieux pour ce support victime de la chute du dollar face à l’euro, et du châtiment des valeurs de rendement sur fond de début de remontée des taux d’intérêt.

  • Ensuite, selon nos habitudes établies de frugalité, nous avons dépensé en 2017 à peine un petit tiers de nos revenus qui se sont élevés à un peu plus de 100 k€. Hors éléments non récurrents, ce niveau de revenus est un record pour nous. J’en suis particulièrement satisfait, car sur ces revenus, environ un tiers sont des revenus alternatifs (des revenus autres que ceux de notre travail principal).

Je reste convaincu que la manière la plus sûre et la moins stressante de s’enrichir est tout simplement d’accumuler régulièrement en dépensant nettement moins que ses revenus. Vous remarquerez sur le graphique en tête d’article que cette technique de « gagne-petit » nous a permis de multiplier notre patrimoine quasiment par 5 en une quinzaine d’années.

Ce n’est sans doute pas spectaculaire. Mais si vous cherchez une manière rapide de vous enrichir, alors vous n’êtes pas au bon endroit.

Ceci dit, mine de rien, les ouvertures du compte sur marge et du compte de trading en 2017 nous permettent d’entrevoir l’indépendance financière. C’est un des objectifs connexes de notre accumulation patrimoniale : parvenir à couvrir nos dépenses à l’aide des seuls revenus autres que ceux du travail.

Ainsi, nos revenus alternatifs récurrents (revenus alternatifs hors revenus exceptionnels non-récurrents) ont battu un record historique en 2017 à environ 29 k€. C’est quasiment 90 % de nos dépenses de l’année. Petit à petit, nous commençons à entrevoir l’indépendance financière. Le défi est de parvenir à couvrir entièrement nos dépenses avec les revenus alternatifs sans prise de risque inconsidérée, et sans journée de travail à rallonge.

Mais voyons tout ça dans le détail…

 

Lire la suite­­

Patrimoine nos-finances-personnelles – août 2017

Classé dans : Finances Personnelles | 6

patrimoine nos-finances-personnelles août 2017

La rentrée est déjà loin derrière nous et il est temps de rendre ses devoirs de vacances. J’ai en effet l’habitude de faire un bilan complet de notre patrimoine tous les 4 mois. C’est donc plus que l’heure du deuxième bilan quadrimestriel que j’arrête traditionnellement chaque année à fin août.

C’est une discipline qui peut sembler contraignante mais sortir la tête du guidon est toujours une bonne idée. Je pense qu’il est nécessaire de prendre périodiquement du recul sur sa gestion patrimoniale : L’équilibre général du patrimoine est-il préservé ? Y-a-t-il eu des dérives ? Une prise de risque inconsidérée ? Ou au contraire l’allocation d’actifs est-elle trop prudente ? Pouvons-nous réaliser tous nos projets sans mettre en danger l’équilibre de nos finances personnelles ? Toutes ces questions doivent trouver périodiquement une réponse. En ce qui nous concerne, une périodicité de 4 mois nous convient.

La première quantité à retenir d’un bilan patrimonial est sa valeur nette. Et une fois de plus, le graphique que je reproduis traditionnellement en tête d’article illustre la progression régulière de notre patrimoine. En date du 31 août 2017, notre patrimoine net de toute dette atteignait la somme de 922 k€. Ceci représente une progression d’environ 12 k€ en 4 mois, soit une augmentation d’environ +1,3 % par rapport aux 910 k€ arrêtés à fin avril dernier. En cumul avec les 4 premiers mois de l’année, notre patrimoine a donc progressé d’environ 34 k€ de début janvier à fin août. Doucement, mais sûrement, on se rapproche du million.

Ce patrimoine est bien nette de toute dette, puisque nous n’avons toujours pas la moindre dette. Même pas un petit crédit à la consommation.

Autre originalité, notre patrimoine demeure à peu près équilibré entre actifs financiers et non financiers. Les patrimoines modestes (disons inférieurs au million d’euros) sont souvent déséquilibrés en immobilier acheté à crédit. Ce n’est pas le cas chez nous puisque nous affichons quasiment 500 k€ d’actifs financiers, soit un peu plus de la moitié du patrimoine  total. Pour ce qui est de l’immobilier, nous nous contentons de notre résidence principale, payée depuis longtemps, et de modestes parts de nue propriété en indivision issues d’une succession.

Le revers de la médaille de ce choix d’allocation d’actifs est que notre patrimoine est de plus en plus exposé à la volatilité des marchés financiers. Malgré cette exposition croissante, notre patrimoine continue cependant de progresser sans relâche. Et je suis particulièrement satisfait de constater cette progression continue en 2017 car il y a eu du mouvement cet été.

Le changement le plus notoire est le ré-investissement des capitaux libérés suite à la liquidation de la majorité de nos fonds euros au cours du premier trimestre 2017. En effet, le dernier bilan d’avril laissait apparaître une poche de liquidité surdimensionnée de 245 k€. Une partie de cette somme était à l’époque en attente d’être ré-investie.

C’est fait en partie : 100 k€ ont été injectés dans un compte sur marge chez Interactive Brokers (voir l’article à ce propos sur le blog). Sur ce nouveau support, j’investis essentiellement en dollars US sur des actions préférentielles et sur des « baby bonds » (des titres de dettes à faible valeur faciale).

Mais ce n’est pas tout. Une autre partie de nos liquidités surabondantes (42 k€) a servi à capitaliser un compte spéculatif chez ProRealtime Trading. Sur ce nouveau support, j’ai une tactique de spéculation court-terme en options sur actions du CAC 40. Ce compte est à caractère expérimental, et je ne l’ai en conséquence pas encore évoqué sur le blog. Mais j’y reviendrai par la suite.

Hormis ces nouveautés, notre patrimoine a surtout été impacté négativement par la chute du dollar US face à l’euro au cours de l’année 2017. Ceci affecte la valeur évaluée en euros de mon compte-titres investi en actions de rendement US (valeur liquidative de 62,7 k€), mais aussi désormais celle de mon compte sur marge chez Interactive Brokers (valeur liquidative de 98,6 k€).

Cette contre-performance sur le marché US est compensée par le comportement de mon PEA qui continue de profiter de la solidité de la bourse de Paris en 2017. Sa valeur liquidative juste sous les 142 k€ (+9 % depuis le premier janvier à fin août) suit grosso modo la progression du CAC 40 GR (dividendes ré-investis) qui affiche +7,5% sur la même période.

Enfin, n’oublions pas l’objectif qui sous-tend tous ces efforts : le Graal de l’indépendance financière. Le prévisionnel des revenus alternatifs en 2017 (les revenus autres que ceux issus du travail) est de 19,5 k€. Sur ce montant, j’estime qu’environ 13 k€ sont des revenus récurrents désormais principalement générés pas nos divers portefeuilles boursiers.

En résumé, malgré les nombreuses nouveautés de cet été et les turbulences sur le dollar américain, notre patrimoine évalué en euros continue de progresser. Et ce patrimoine nous procure des revenus alternatifs de plus en plus élevés.

Comme le disait la mère de Napoléon à propos des victoires militaires de son fils : « Pourvu que ça dure ! ». L’Histoire a prouvé le contraire. J’espère que nous ne finirons pas à Sainte-Hélène…

 

Lire la suite­­